YOU, la série qui dérange

YOU est une série produite par Netflix et sortie en ce début d’année 2019 sur la plateforme. Développée par Greg Berlanti et Sera Gamble la série est une adaptation du roman (publié en 2014) de Caroline Kepnes : Parfaite.

De quoi ça parle? Joe est gérant d’une librairie quand il tombe fou amoureux de Beck, une jeune femme passionnée par la poésie et qui aspire à devenir écrivaine. Il va alors tout faire pour la séduire quitte à s’infiltrer dans sa vie privée et finir par contrôler sa vie.

YOU me faisait envie depuis un bon moment. Vendue comme une série sur le harcèlement et l’amour obsessionnel, elle s’annonçait intrigante voire utile (à savoir que je n’ai pas lu le livre et n’avais donc aucune attente particulière). Mais la série tient-elle toutes ces promesses? Et bien la réponse est non, malheureusement.

Le pitch de la série est tout bonnement effacé au bout de quelques épisodes (si ce n’est dès le début). Les actes de Joe sont justifiés constamment, alors qu’ils ont pourtant des conséquences dramatiques. Son amour pour Beck est sans limite alors même qu’ils ne se sont rencontrés qu’une fois. Le garçon est malade et traumatisé, on le comprend très vite, mais cela ne justifie en rien son comportement. La voix off (qui rappelle celle de DEXTER qui expliquait ses actes et ses méthodes de la même manière, etc.) qui rythme la série et qui n’est autre que celle de Joe noue un lien avec le spectateur. Mais du coup, nous n’avons jamais autre chose que ses propres pensées et ses propres justifications. Ajoutez à cela un acteur plutôt mignon, des personnages féminins tous plus insupportables les uns que les autres (à commencer par Beck elle même) et vous vous retrouvez à apprécier le harceleur/meurtrier. Et à partir de ce moment-là : la série est ratée sur le plan idéologique. Même l’acteur qui incarne Joe (Penn Badgley) s’insurge depuis quelques semaines des retours que lui font ses fans. Non, nous ne sommes pas censés apprécier ce personnage et encore moins tenter de le justifier. Malheureusement, c’est la série elle même qui entraîne ces émotions. Tous les autres personnages sont des psychopathes ou des gens malfaisants, ce qui annule totalement l’impact du personnage de Joe comme étant LA menace. La voix off, les caractéristiques des personnages autour de Joe, son passé, sa relation avec Pacco son jeune voisin qu’il aide et aime tous les jours, son romantisme : tout est fait pour que nous soyons touchés par le personnage. Pire encore, le scénario ne tarde pas à le mettre en concurrence avec une autre personne malsaine : Peach la meilleure amie de Beck. On déteste alors ce personnage qui est cette fois dépeint exactement comme elle doit l’être à savoir une personne destructrice, obsessionnelle et dangereuse. Ce tableau nous pousse donc à comprendre les actes de Joe à son égard voire à souhaiter qu’il s’en débarrasse et à détester davantage Beck de ne pas se rendre compte du réel visage de son amie. Est-ce une manière de montrer que les harceleurs sont souvent des gens normaux à qui l’on donne facilement sa confiance et dont on fini par excuser les actes ? Peut être que les créateurs ont souhaité mettre en avant l’impunité de ces personnes de cette manière là. Seulement, même si je suis de celle qui pense qu’un public n’a pas besoin d’être éduqué et est assez intelligent pour comprendre la fiction et les messages parfois cachés dans les œuvres : ici je suis dérangée par le discours plus qu’ambiguë de la série et son absence de morale. On s’attache à son personnage principal et l’on finit même par détester la victime (aussi insupportable soit elle). Ce que provoque la série rappelle les réactions que nous voyons trop souvent dans les médias chaque fois qu’une femme raconte avoir été harcelée, agressée ou abusée. La victime est souvent montrée du doigts et le(a) harceleur(se) a le droit à un flot de soutien. Et c’est cet aspect là qui me dérange. YOU aurait pu être une série profondément nécessaire et malheureusement elle se trompe (malgré elle peut-être) de discours.

Ici, le traitement des personnages est tel que nous ne parvenons pas à discerner le propos réel de la série. Et si l’acteur lui même est surpris de l’accueil du public envers son personnage c’est qu’il pensait surement qu’il serait tout autre non?

Cependant, si l’on s’attarde uniquement sur la qualité de la série alors elle n’est pas totalement mauvaise. Si vous acceptez l’ambiguïté du discours et le manque de morale et que vous souhaitez seulement être divertit : YOU vous plaira peut-être. Le rythme est quelque peu inégal mais on reste accroché à l’histoire. Les acteurs sont plutôt bons et le divertissement est réussi malgré une fin bâclée et un cliffhanger totalement prévisible. Et vous, YOU vous a-t-elle dérangée?

YOU, disponible sur Netflix.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s