SEX EDUCATION : une deuxième saison libératrice et ambitieuse

On se retrouve (enfin) pour parler de la série évènement créée par Laurie Nunn. Je vous avez déjà fait part de mon enthousiasme pour la première saison juste ici mais Sex Education revient en ce début d’année avec une deuxième saison plus ambitieuse et encore plus libérée !

On retrouve tous les personnages avec plaisir : Otis et sa mère Jean (jouée par la grande Gillian Anderseon), Eric, Maeve ou encore Aimee. Mais on rencontre aussi des petits nouveaux (dont un français) : Sami Outalbali dans le rôle de Rahim ou encore Chinenye Ezeudu dans le rôle de la géniale Viv.

Tous ont évolué : en couple ou célibataire, ils ont grandi et affrontent alors de nouveaux obstacles. La série continue sur sa lancée et propose, dans une explosion de justesse, de passer en revue de nombreux thèmes importants. La saison 1 prenait un risque et débarquait dans notre salon avec son franc parler, ses questionnements et la mise en avant de la sexualité chez les jeunes. La série revient avec une confiance en son public bien plus grande et une ambition assumée.

En 8 épisodes, la saison 2 de la série réussi à mettre en avant des dizaines de sujets différents et essentiels à l’épanouissement de tous. Que vous soyez ados, jeunes adultes, adultes, parents : la série s’adresse à tous. La cible du programme c’est nous tous. Que vous soyez vierges, expérimentés, à l’aise ou peu confiant, novices ou asexués, hétérosexuels, bi, homo ou rien de tout cela : vous vous sentirez concerné. Et c’est la grande force de la série. On regrette juste l’absence du thème si important du genre mais peut être que cela viendra en saison 3 ?

Une bienveillance loin des clichés et du romantisme hollywoodien c’est un grand oui. Le vaginisme, la bi sexualité, la masturbation, le plaisir anal, la première fois, être enfant unique ou adolescent en charge de trop de responsabilités, la religion, l’avenir, la monoparentalité, le divorce, l’homoparentalité : est-ce possible de parler avec autant de justesse et de « banalité » de sujets qui semblent si tabous dans notre quotidien? Oui, et Sex Education le prouve encore une fois avec encore plus de talent.

Les contradictions de la vie et de l’éducation sont au cœur même de la série. Et croyez moi, même si vous pensez être assez éduqué face à votre sexualité, vous vous sentirez quand même concerné. La série dénonce le manque d’engagement de l’environnement scolaire dans la prévention et l’éducation sexuelle, avec des scènes absolument cultes. Elle met également en avant l’envie et le besoin des jeunes de se sentir écouté, conseillé, compris et surtout : normaux. La différence est respectée dans la série et parfois même ne semble pas exister. On ne tombe jamais dans le pays des bisounours je vous rassure, mais on sent la volonté de la créatrice de montrer que chacun a quelque chose de particulier et qu’il faut l’encourager plutôt que de le montrer du doigt. On rit, on pleure, on s’étonne et s’instruit : Sex Education est une véritable bouffée d’oxygène dans un monde audiovisuel encore trop coincé et trop traditionnel.

On regrette peut être que certains personnages ne soient pas assez développés. On reste parfois en surface de certaines histoires qui sont exposées de manière assez superficielle comme le vaginisme de Lyly ou le parcours de Jacob. Mais, au contraire, la série a su faire de certains personnages un peu trop cliché dans la saison 1, de véritables porte paroles des combats d’aujourd’hui.

Qu’est ce qu’une agression sexuelle? Comment s’installe un traumatisme? La série se concentre beaucoup sur l’évolution du personnage de Aimée après une agression sexuelle dans un bus. Au début elle semble trouver cela répugnant mais pas dramatique, puis doucement, cela l’empêche de vivre et la fait atrocement souffrir. Une manière très juste de montrer ce qu’un acte comme celui là peut faire sur une personne. Lors d’une table ronde forcée par leur professeure, les filles de la série se rendent alors compte qu’elles ont toutes déjà été harcelée ou agressée. Et le discours sur ce sujet fait alors écho chez beaucoup de spectatrices. Une séquence qui ne rentre pas dans le drama mais qui marque et c’est encore une fois, une belle réussite pour la série.

Loin de s’essouffler et de tomber dans une vulgarité ou une routine Sex Education revient avec une saison plus ambitieuse, touchante et juste : Netflix atteste une nouvelle fois que la plateforme peut produire un contenu d’une qualité incroyable et loin des clichés. ON VALIDE A 10000%.

Dépoussière le féminisme, modernise le teen-movie et met un point d’honneur à s’adresser à tous avec la justesse de son écriture : Sex Education est définitivement l’un des meilleurs programmes de la plateforme.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s