REGARDS CONFINÉS #2 : un vent de liberté

On se retrouve dans ce deuxième numéro de REGARDS CONFINES ! Après avoir parlé de huis-clos et d’enfermement dans le premier numéro, je reviens avec une bonne dose de liberté ! Aujourd’hui, c’est décidé : on s’évade. Alors non, on ne sors pas de chez soi mais on se cale devant des œuvres qui vont nous procurer cette sensation de liberté tant convoitée depuis quelques semaines. Le road-trip est principalement le genre associé à l’errance, la liberté, notamment symbolisé par la mobilité, le voyage à plusieurs et les paysages souvent magnifiques que l’on retrouve à l’écran. Je vous ai préparé ma sélection de films qui m’offrent à chaque visionnage cette impression d’évasion et de voyage.

Un petit vent de liberté va souffler sur votre écran les amis… C’est parti !

1

Mad Max Fury Road de Georges Miller c’est l’un des chefs d’œuvres de ces dernières années. Je le mets en première ligne, parce qu’il symbolise parfaitement la furieuse envie de liberté qui peut nous animer. Un bon visionnage de cette bombe visuelle et technique peut facilement vous faire décompresser ! Ce road trip meurtrier est une explosion esthétique et cinématographique qui va vous donner un bon coup de boost. Immanquable et culte désormais, Fury Road c’est le genre de film qui vous laisse sans voix et vous anime encore longtemps après visionnage. Alors installez vous confortablement, et laissez vous aller face à ce bijou de cinéma, absolument jouissif.

2

O’Brother est le huitième film des Frères Coen, sorti en l’an 2000, c’est aussi l’une de mes madeleines de Proust. Un concentré d’humour et d’écriture propre à ces deux frangins totalement barrés. L’histoire de trois détenus qui s’évadent et vont devoir cohabiter ensemble car ils sont littéralement enchainés les uns aux autres. Trois personnalités différentes, une bonne dose d’humour et un casting fort (Georges Clooney, John Turturro et Tim Blake Nelson) c’est la recette ultime de cette comédie savoureuse. Avec une BO incroyable, O’Brother est un classique à revoir sans modération.

3

Thelma et Louise de Ridley Scott : une évidence quand on parle de liberté et de vent dans les cheveux non? Le road trip par excellence, mené par deux amies (interprétées par Geena Davis et Susan Sarandon) en manque de frissons. Un évènement dramatique va les pousser encore plus loin sur les routes et va changer leur vie à jamais. Un classique du genre qui emprunte également quelques codes du western et féminise le tout. Avec les fabuleux paysages de l’ouest américain et la magnifique BO du maitre Hans Zimmer, nul doute que vous allez vous sentir voyager !

4

A bord du Darjeeling Limited de Wes Anderson c’est comme un bonbon Arlequin. Vous savez, bariolé, acidulé et qu’il ne faut surtout pas croquer pour en garder toute la saveur. Le réalisateur est connu pour ses œuvres décalées et ultra colorées avec un casting 5 étoiles à chaque fois. Ce road trip à bord d’un train improbable est l’un de ses films les plus libérateurs. Un voyage familial à travers l’Inde, qui nous offre de sublimes paysages et un scénario aussi touchant qu’amusant. C’est l’histoire de trois frères qui se retrouvent pour la première fois depuis la mort de leur père et qui décident de partir pour un voyage spirituel afin de renouer leur lien. Très vite, le voyage tourne au cauchemar et ils se retrouvent seuls au milieu d’un pays qu’ils ne connaissent pas. La légèreté de Wes Anderson nous plonge dans un univers incroyable à travers une œuvre haute en couleurs ! A savourer.

5

Little Miss Sunshine est le premier long-métrage du couple Valérie Faris – Jonathan Dayton et c’est une réelle bouffée d’oxygène qui nous offre probablement ce que le cinéma indépendant américain peut faire de mieux. Une comédie drôle, intelligente et extrêmement bien écrite, c’est rare. Aujourd’hui encore, c’est un film référence de la comédie familiale. Un classique que beaucoup doivent connaitre mais qui fait toujours autant de bien au moral. Le voyage improbable de cette famille tout aussi déconstruite, pour accompagner la géniale petite Olive à un concours de beauté en Californie. Un pitch qui semble peu original et pourtant, oubliez tout ce que vous imaginez et laissez vous emporter dans cette fabuleuse épopée familiale et philosophique portée par un casting unanimement incroyable. Un good movie qui sent bon la liberté d’être qui l’on veut, où l’on veut et surtout, à l’âge que l’on veut !

6

Y tu mama tambien de Alfonso Cuaron regroupe tout ce qui nous manque en ces temps de confinement : la liberté, la route, le voyage, l’amour, la sensualité, le rire, la proximité et la douceur des nouvelles expériences. Sous le soleil et la chaleur du Mexique, on retrouve deux adolescents et leurs hormones en folie. Ils rencontrent alors une femme avec qui ils décident de partir en voyage. Le film se construit alors autour de la sensualité, de la découverte de toutes ces sensations par les deux garçons et de l’envie de changer de vie de la jeune femme. Un voyage sensuel, chaud à travers les paysages brulants d’Amérique du Sud. Alfonso Cuaron nous offre une petite bulle de liberté qui sent bon l’été et qui va certainement vous donner envie de rencontrer du monde à la sortie du confinement !

7

Les Valseuses de Bertrand Blier ou la liberté à la Française ! Le film cultisime est certainement celui que j’ai le plus envie de regarder ces temps ci. Une tendre fuite de deux idiots qui va donner lieu à des moments de bonheurs éphémères et savoureux. Depardieu est beau, juvénile et insupportable aux cotés d’un Patrick Dewaere au sommet de son charme. Accompagnés de la sublime Miou-Miou, le duo d’immatures porte l’écriture de Blier plus haut encore qu’il n’aurait pu l’espérer. Comédie un poil machiste, Les Valseuses est un pur bijou français, taillé pour vous donner envie de vous rouler une clope dans l’herbe aux cotés de votre meilleur ami pendant que le vent vous caresse la peau. Alors, on est pas bien là?

8

Pour ce dernier film, petite entorse : il ne s’agit pas d’un road trip à proprement parler. Cependant, c’est un voyage à part entière et je me devais absolument de le placer dans cette sélection sur la liberté. Les enfants de la mer de Ayumu Watanabe c’est le saint graal du trip psychédélique. En manque de nature et de liberté : voici le remède ultime. Un film d’animation comme on en voit peu, avec une histoire incroyable et une signature visuelle absolument remarquable. A couper le souffle, ce chef d’œuvre n’est pas forcément à la portée de tous. Philosophique, psychédélique et parfois très lent, c’est malgré tout l’un des films qui m’a le plus transportée. Je vous en parle plus en détails dans mon article paru l’année dernière, juste ICI. Une reconnexion avec la nature et notre monde dans sa globalité, c’est aussi ça le retour à la liberté.

J’espère que ce second numéro vous aura plu et aura réussi à assouvir votre besoin d’évasion. Restez chez vous les amis, et plongez vous dans ces œuvres pour vivre furieusement, intensément ou poétiquement la liberté qui nous manque tant.

N’hésitez pas à partager ce numéro et à me dire quels sont vos films favoris, ceux qui vous donnent envie de courir dans les prés 😀 On se retrouve dans deux jours pour un article spécial et ce weekend pour un troisième numéro !

Une réflexion sur “REGARDS CONFINÉS #2 : un vent de liberté

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s