THE POLITICIAN : un deuxième tour pour Ryan Murphy

J’ai enfin eu le temps de finir la nouvelle saison de The Politician, série satirique signée Ryan Murphy.

Ryan Murphy c’est qui? Eh bien mes chers amis, c’est un sacré bonhomme ! Réalisateur de nombreuses séries à succès comme Nip Tuck, Glee, American Horror Story, Pose ou encore Feud sans oublier le grand écran avec son film Mange, Prie, Aime sorti en 2010 : Ryan Murphy est un auteur prolifique, aussi controversé qu’admiré et pour cause. Comme vous avez pu le constater, avec la liste non exhaustive ci dessus, le réalisateur aime provoquer son public et propose des choses toujours extravagantes, improbables voir complètement glauques.

Alors quand Netflix a annoncé sa première collaboration avec cet ovni du petit écran, cela a tout de suite piqué ma curiosité. A l’heure actuelle, une nouvelle œuvre de Ryan Murphy a vu le jour sur la plateforme, il s’agit de la série HOLLYWOOD, mais je vous en reparlerai bientôt.

THE POLITICIAN : l’arrivée remarquée de Murphy sur Netflix

Lors de son lancement en septembre 2019, la série avait divisé la critique : rafraichissante pour certains, creuse pour d’autres. Pour ma part, ce fut une sacrée surprise. The Politician raconte les ambitions politiques du jeune Payton Howbart (Ben Platt) qui pense être le prochain président des Etats Unis. Entouré d’une équipe de campagne haute en couleurs dès le lycée, il organise et contrôle sa vie dans l’unique but de gravir les échelons de la politique. Un pitch digne de Murphy, avec une réalisation lumineuse, des personnages complétements barges et une satyre politique rondement menée.

THE POLITICIAN SEASON Season 1 CREDIT Courtesy of NETFLIX PICTURED Ben Platt

Dans la première saison, comme une longue introduction au destin de Payton, on le suit dans sa campagne pour devenir délégué de son lycée. Déjà, les tensions et les coups bas fleurissent. Mais Murphy nous plonge également dans le quotidien et l’intimité de Payton, en nous montrant son univers familial (absolument décadant) ainsi que ses failles personnelles. Durant toute la saison, on assiste à une métaphore du système politique américain dans cette cour de lycée. Une belle réussite, satyrique et flamboyante. La saison se clôture ensuite par la promesse d’une suite grandiose lorsque Payton décide de s’installer à New York pour se présenter au Sénat local.

Une deuxième saison réussie mais pas très inspirée

Malgré un début dynamique, la saison deux peine à trouvé le bon ton. Murphy n’arrive pas à trouver un sujet fort à traiter et cela pèse sur toute la saison qui se perds finalement dans des histoires sans intérêts (coucheries, trahisons, etc).

Le casting reste tout à fait impressionnant et Ryan Murphy sait comment faire vivre son histoire à l’image. Malheureusement, le scénario est loin d’être passionnant et la série traine en longueur. Et c’est là que se trouve ma déception : cette saison est un enchainement de situations plus improbables les unes que les autres, qui traitent de sujets certes intéressants (la polygamie, l’écologie, la politique, la corruption etc) mais sans jamais aller au bout. L’intérêt de la série perd alors un peu de son essence.

L’une des réussites de cette saison est néanmoins le traitement du personnage de Gwyneth Paltrow qui incarne avec brio la mère flamboyante de Payton. Elle décide alors de se présenter aux élections gouvernementales pour mettre en avant le droit des femmes et elle se bat dans une campagne passionnante où elle incarne finalement ce clivage de plus en plus présent aux États Unis.

Un clivage que l’on ressent également dans l’épisode sur les électeurs où une mère et sa fille se dispute sur le sujet de l’écologie. Un grand thème qui peut réunir toutes les générations face à un même combat : c’est ce qui manque cruellement à la politique actuelle. Et Murphy parvient, dans cet épisode, à engendrer une réelle réflexion autour de ses sujets.

La saison 2 parvient donc malgré tout à immiscer quelques idées pertinentes sur le monde actuel tout en gardant sa patte esthétique si spécifique. Mais la globalité de la série est loin d’être satisfaisante et c’est bien dommage.

Malgré tout, je vous recommande de vous pencher au moins sur la première saison qui, à mon sens, fourmille de belles idées, le tout associée à l’esthétique si particulière de ce cher Murphy.

Disponible sur Netflix.

MODERN LOVE : chroniques nostalgiques

Telle une tasse de thé chaud qu’on s’octroie un soir d’hiver en regardant la neige tomber par la fenêtre, Modern Love nous enveloppe de cette sensation délicate et réconfortante qu’est la nostalgie.

Adaptée de la célèbre chronique du New York Times du même nom, Modern Love, dépeint avec une certaine franchise, l’amour au XXIe siècle. Et ces petites capsules de vies font du bien.

Loin du chef d’œuvre télévisuel, cette mini série de John Carney raconte huit histoires d’amour qui questionnent chacune une problématique différente : le temps, la confiance, la protection, l’estime de soi, l’adoption ou le rapport familial. Avec un casting surprenant et chaleureux (Cristin Milioti, Dev Patel, Tina Fey, Anne Hathaway, Andrew Scott, Olivia Cooke ou encore Ed Sheeran qui fait une apparition) l’objectif de la série est de vous offrir une douce parenthèse. Cela ne marche pas toujours, et la qualité de la série n’est pas toujours au sommet, cependant, les sensations et les rêveries que déclenchent certaines histoires sont belles et bien là.

J’ai eu un sacré coup de cœur pour l’épisode 3, « Take Me as I Am, Whoever I Am », qui m’a donné envie de vous parler de cette série. Même si le thème général de la série ne vous parle pas plus que ça, je vous encourage à voir cet épisode.

Il s’agit de l’histoire de Lexi qui raconte sa bipolarité et surtout son quotidien depuis qu’elle cache sa maladie à tous ceux qui la connaissent. Et croyez moi, Anne Hathaway dans ce rôle est incroyable. J’ai trouvé que le traitement de cette maladie mentale, si peu exposée, était vraiment beau. On assiste à une véritable souffrance mais aussi à l’acceptation si difficile de soi même avant de pouvoir faire entrer d’autres personnes dans sa vie. C’est un épisode qui m’a vraiment touché et que je vous conseille fortement.

J’ai également beaucoup aimé « When the Doorman Is Your Main Man » qui ouvre la série et raconte la relation tendre et privilégiée d’une jeune femme avec son portier ainsi que « At the Hospital, an Interlude of Clarity » qui nous offre une belle réflexion sur le besoin d’attention et les relations éphémères.

Modern Love, disponible sur Amazon Prime Video.

Une deuxième saison est prévue pour cette année.

VERONICA MARS de Rob Thomas : le retour de la détective de Neptune, 15 ans après

VERONICA MARS : le retour de la détective de Neptune, 15 ans après

La détective la plus cool de Californie a fait rêver de nombreux(ses) ados en 2004 ! Veronica, lycéenne à Neptune (ville fictive de Californie) est détective privée à ses heures perdues dans le cabinet de son père, Keith Mars, ancien shérif. Elle a du caractère, du courage, du style, un sacré culot et un talent sans failles ! On suivait avec envie ses déboires familiaux, ses histoires d’amour, d’amitié et ses enquêtes folles. Quelques années plus tard, Rob Thomas décide d’en faire un film. Une très mauvaise idée qui n’a pas convaincu grand monde. En 2020, l’idole d’une génération, incarnée par Kristen Bell, revient pour une quatrième saison plus adulte, 15 ans après que la série ai fait ses adieux sur nos chaînes. 

Retour sur une quatrième saison plus mature mais qui garde la même recette que ses petites sœurs. 

Les premiers épisodes de la saison 4 ont été diffusés pendant l’été 2019 sur la plateforme américaine HULU puis en ce mois de Février, sur la chaîne Warner, et disponible en France directement sur My Canal depuis quelques jours. La saison se compose de 8 épisodes avec une diffusion par semaine jusqu’à fin Mars. J’ai donc pu visionner déjà trois épisodes et autant vous dire que je ne boude pas mon plaisir. 

La recette est à peu près la même : Veronica revient à Neptune pour aider son père à redorer le cabinet en gagnant un peu plus d’argent. Elle accepte les enquêtes basiques d’infidélités, de divorce etc et fait de son mieux pour ramener de l’argent au cabinet. On comprend rapidement qu’elle est toujours avec son amoureux du lycée (je ne vous spoil pas pour ceux qui n’ont pas vu la série ni le film)  et que son père a toujours des séquelles de son accident (film). Mais très vite, le naturel de Veronica revient au galop et elle va s’intéresser à une affaire de bombe. On est donc sur un scénario qui s’adapte un peu plus au monde actuel. L’affaire, on s’en doute, va se révéler dangereuse et complexe. Veronica reprends du service et avec lui, les ennuis ! 

Les trois premiers épisodes se rapprochent beaucoup du rythme des saisons précédentes. Veronica n’a pas tant changé et ses proches non plus. En revanche, ils ont grandi. Certains sont parents, d’autres ont vieillis, la ville est de nouveau dans un tourbillon politique etc. La détective se montre grandie mais également plus touchée par la vie. Même le générique est plus sombre que celui, plus scolaire, des saisons précédentes. Les techniques illégales de la détective se remettent en route et son appétit pour le danger revient très rapidement. 

Si vous ne connaissez pas la série, elle n’a pas tant vieillie que ça et je vous encourage à la regarder. Je me suis replongée avec plaisir dans cette histoire que j’adorais il y a une dizaine d’années. La saison 4 ne s’annonce pas révolutionnaire mais promet un chouette scénario et des retrouvailles sympa avec le casting dont une Kristen Bell toujours aussi convaincante. Je vous donnerai mon avis définitif à la fin de la diffusion ! En attendant, Neptune est mon nouveau rendez-vous hebdomadaire et outre la nostalgie liée à cette série, c’est vraiment un bon moment ! 

Veronica Mars, créée par Rob Thomas 

3 saisons de 2004 à 2006 

4e saison, diffusée depuis Fev 2020 sur Warner TV 

SEX EDUCATION : une deuxième saison libératrice et ambitieuse

On se retrouve (enfin) pour parler de la série évènement créée par Laurie Nunn. Je vous avez déjà fait part de mon enthousiasme pour la première saison juste ici mais Sex Education revient en ce début d’année avec une deuxième saison plus ambitieuse et encore plus libérée !

On retrouve tous les personnages avec plaisir : Otis et sa mère Jean (jouée par la grande Gillian Anderseon), Eric, Maeve ou encore Aimee. Mais on rencontre aussi des petits nouveaux (dont un français) : Sami Outalbali dans le rôle de Rahim ou encore Chinenye Ezeudu dans le rôle de la géniale Viv.

Tous ont évolué : en couple ou célibataire, ils ont grandi et affrontent alors de nouveaux obstacles. La série continue sur sa lancée et propose, dans une explosion de justesse, de passer en revue de nombreux thèmes importants. La saison 1 prenait un risque et débarquait dans notre salon avec son franc parler, ses questionnements et la mise en avant de la sexualité chez les jeunes. La série revient avec une confiance en son public bien plus grande et une ambition assumée.

En 8 épisodes, la saison 2 de la série réussi à mettre en avant des dizaines de sujets différents et essentiels à l’épanouissement de tous. Que vous soyez ados, jeunes adultes, adultes, parents : la série s’adresse à tous. La cible du programme c’est nous tous. Que vous soyez vierges, expérimentés, à l’aise ou peu confiant, novices ou asexués, hétérosexuels, bi, homo ou rien de tout cela : vous vous sentirez concerné. Et c’est la grande force de la série. On regrette juste l’absence du thème si important du genre mais peut être que cela viendra en saison 3 ?

Une bienveillance loin des clichés et du romantisme hollywoodien c’est un grand oui. Le vaginisme, la bi sexualité, la masturbation, le plaisir anal, la première fois, être enfant unique ou adolescent en charge de trop de responsabilités, la religion, l’avenir, la monoparentalité, le divorce, l’homoparentalité : est-ce possible de parler avec autant de justesse et de « banalité » de sujets qui semblent si tabous dans notre quotidien? Oui, et Sex Education le prouve encore une fois avec encore plus de talent.

Les contradictions de la vie et de l’éducation sont au cœur même de la série. Et croyez moi, même si vous pensez être assez éduqué face à votre sexualité, vous vous sentirez quand même concerné. La série dénonce le manque d’engagement de l’environnement scolaire dans la prévention et l’éducation sexuelle, avec des scènes absolument cultes. Elle met également en avant l’envie et le besoin des jeunes de se sentir écouté, conseillé, compris et surtout : normaux. La différence est respectée dans la série et parfois même ne semble pas exister. On ne tombe jamais dans le pays des bisounours je vous rassure, mais on sent la volonté de la créatrice de montrer que chacun a quelque chose de particulier et qu’il faut l’encourager plutôt que de le montrer du doigt. On rit, on pleure, on s’étonne et s’instruit : Sex Education est une véritable bouffée d’oxygène dans un monde audiovisuel encore trop coincé et trop traditionnel.

On regrette peut être que certains personnages ne soient pas assez développés. On reste parfois en surface de certaines histoires qui sont exposées de manière assez superficielle comme le vaginisme de Lyly ou le parcours de Jacob. Mais, au contraire, la série a su faire de certains personnages un peu trop cliché dans la saison 1, de véritables porte paroles des combats d’aujourd’hui.

Qu’est ce qu’une agression sexuelle? Comment s’installe un traumatisme? La série se concentre beaucoup sur l’évolution du personnage de Aimée après une agression sexuelle dans un bus. Au début elle semble trouver cela répugnant mais pas dramatique, puis doucement, cela l’empêche de vivre et la fait atrocement souffrir. Une manière très juste de montrer ce qu’un acte comme celui là peut faire sur une personne. Lors d’une table ronde forcée par leur professeure, les filles de la série se rendent alors compte qu’elles ont toutes déjà été harcelée ou agressée. Et le discours sur ce sujet fait alors écho chez beaucoup de spectatrices. Une séquence qui ne rentre pas dans le drama mais qui marque et c’est encore une fois, une belle réussite pour la série.

Loin de s’essouffler et de tomber dans une vulgarité ou une routine Sex Education revient avec une saison plus ambitieuse, touchante et juste : Netflix atteste une nouvelle fois que la plateforme peut produire un contenu d’une qualité incroyable et loin des clichés. ON VALIDE A 10000%.

Dépoussière le féminisme, modernise le teen-movie et met un point d’honneur à s’adresser à tous avec la justesse de son écriture : Sex Education est définitivement l’un des meilleurs programmes de la plateforme.

CALENDRIER DE L’AVENT #20 – Les épisodes de séries spécial fêtes (grands et petits)

Plus que 5 jours avant Noël ! Les vacances de fin d’année sont également propices à se vautrer dans son canapé (seul, en famille, entre amis, en amoureux … avec son chat) devant nos séries préférées ! Le hiatus hivernal, cette coupure pendant les fêtes, nous prive généralement de nouveaux épisodes ou des suites de nos séries préférées. Cependant, quelque soit votre série adorée, vous pouvez être sûr qu’il existe un épisode spécial de Noël ou des épisodes se déroulant durant les fêtes.

Je vous ai donc concocté une petite sélection des meilleurs épisodes de cette période. Et croyez moi, certains ont une magie de Noël bien particulière ! C’est parti !

BLACK MIRROR / Saison 2, Ep 4 « White Christmas »

Je ne vous ai jamais dis que cette sélection serai uniquement pleine de joie ! Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dis ! Mais l’un des épisodes se déroulant pendant les fêtes qui a le plus marqué l’histoire des séries c’est certainement celui là. L’épisode White Christmas de la série Black Mirror mettra n’importe qui mal à l’aise. La série, connue pour être anxiogène, anticipatrice et futuriste nous plonge cette fois dans les extrêmes de la technologie et notamment de l’intrusion de cette dernière dans notre vie privée. Avec l’excellent Jon Hamm en personnage principal, White Christmas remet en cause notre utilisation poussée à l’extrême des technologies et nous questionne sur le monde actuel. Une excellente opportunité de mettre un grand froid dans la pièce avant d’entamer le diner de Noël !

Plaisanterie mise à part, cet épisode est un excellent moyen de discuter ensuite en famille ou avec ses amis de certains sujets. Et au delà de ça, c’est encore une fois une prouesse de la série. A voir absolument.

Mais promis, après ça, on retrouve une ambiance un peu plus légère.

DOCTOR WHO / Christmas Spécial

Restons dans les mondes parallèles avec les épisodes spéciaux de la série culte Doctor Who. Depuis son retour sur les écrans en 2005, il n’y a pas un seul Noël sans l’épisode spécial. Parfois totalement indépendants de la série et d’autres intimement liés à l’intrigue de la saison suivante par exemple. Pour les fans de la série il y a donc de quoi faire pendant les fêtes puisqu’il existe une dizaine d’épisodes de Noël. Mais l’un de mes favoris est sans nul doute celui de 2007 dans lequel le Docteur (joué à l’époque par le grand David Tennant) rencontre la belle Astrid (incarnée par Kylie Minogue) et l’embarque dans ses aventures. Un Titanic spatial, une rencontre et un Docteur fou : que demande le peuple?

NEW GIRL / Saison 1 Ep 9 « Le râteau de Noël »

La colocation la plus stylée du petit écran fête Noël dans cette première saison et autant dire que ça vaut le détour ! Schmidt, Cece, Winston, Nick et Jess se retrouvent tous pour une soirée forte en émotions … et en ruptures ! Un épisode hilarant et touchant : tout ce qu’on aime pour les fêtes.



THE BIG BANG THEORY / Saison 2 Ep 11 « Les Cadeaux de Noël »

Dans cet épisode intitulé « The Bath Item Gift Hypothesis » en version originale, la série renvoie Sheldon à ses inaptitudes sociales via un dilemme aigu : le moindre cadeau de Noël offert implique qu’un cadeau soit offert en retour… L’un des épisodes les plus drôles et touchants, avec ce rapprochement improbable avec Penny, leur jeune voisine qui lui offre le plus beau des cadeaux !

FRIENDS

Ceux qui me connaissent sont déjà en train de lever les yeux au ciel en se disant « encore?! » mais oui, FRIENDS, est certainement la série que j’ai le plus visionné de toute ma vie et je ne pouvais pas finir cette sélection sans parler de ses nombreux épisodes de Noël. Drôles, divertissants et nombreux surtout (en 10 saisons, ils ont vécu pas mal de Noël évidemment). Entre déguisement improbable, dessert raté, dinde sur la tête et danse culte : il y a de quoi faire. Un récap de tous les épisodes de Noël a été posté sur la chaine de Netflix juste ici. Mais voici mon podium avec mes trois épisodes préférés !

Saison 6 épisode 10 : celui qui souhaitait la bonne année

Un épisode sur le Nouvel An, où Ross et Monica dansent la fameuse « Routine ». Mémorable !

Saison 7 épisode 10 : Celui qui se déguisait

Dans cet épisode de Noël, Ross tente d’expliquer à son fils les traditions juives. Un des nombreux épisodes costumés mais surement l’un des meilleurs !

Saison 5 Ep 8 : Celui qui avait des souvenirs difficiles à avaler

Épisode où chacun se rappelle son pire Thanksgiving avec cette scène incroyable de Joey et cette dinde sur la tête. Un épisode de fêtes où on en apprendra énormément sur chacun d’entre eux et qui finira par une scène devenue culte où Monica danse avec une dinde sur la tête devant Chandler qui lui avoue ses sentiments pour la première fois.


Et pour les enfants?

Si vous souhaitez leur proposer une petite pause devant la télé, sans vous lancer dans un film de 2h avec plein de chansons insupportables ! J’ai pensé à vous aussi avec quelques idées de mon enfance.

LES ZINZINS DE L’ESPACE –  » Profession : Père Noël « 

Je ne sais pas si c’est toujours diffusé, mais c’était l’une de mes séries préférées quand j’étais enfant ! Et cet épisode est vraiment très drôle.

PRINCESSE SARAH – Épisode 46 « Au Revoir Sarah »

Plus classique mais tout aussi chouette pour les enfants, cet épisode raconte le Noel de Sarah à Londres puis au pensionnat où elle fera une surprise à ses amis !

LES SCHTROUMPFS – « Le Miraculeux Noël des Schtroumpfs »

Un classique efficace de ma génération, les aventures des Schtroumpfs sont toujours un plaisir pour les enfants. Cet épisode spécial Noël est vraiment réussi !

J’espère que cette sélection pour petits et grands vous aura plu ! Passez un bon week-end ! On se retrouve demain pour la suite du calendrier de l’Avent !