Meilleurs films de la décennie (2010/2019) – Mon Top 10

Vous avez du voir ce top passer à peu près partout mais j’ai trouvé l’exercice vraiment intéressant. Chacun voit ce top à sa manière, certains ont choisi un film par année, d’autres ont fait un top 20 : ce qui est sûr c’est que les listes s’accumulent mais ne se ressemblent pas ! Et c’est ce que j’ai trouvé très intéressant. Elles mettent en avant une certaine dominance par quelques œuvres, mais elles laissent aussi apercevoir que notre vision du cinéma est différente pour chacun. Quels films nous ont tous marqué? Quels sont ceux que j’ai retenu de ces dix dernières années, plus personnellement? Je vous encourage à faire cet exercice parce que croyez moi, c’est loin d’être facile et pourtant, certaines évidences vous viennent très rapidement !

Pour ma part, j’ai décidé de n’avoir qu’un seul critère : les 10 films les plus incroyables que j’ai pu voir ces 10 dernières années, sans prendre en compte leur année de production. Ma liste est bien plus longue que ce top mais il a fallu choisir et c’est extrêmement frustrant mais c’est le but de l’exercice donc c’est parti !

Ils m’ont profondément marqué, ils ont révolutionné le cinéma ou m’ont laissé sans voix : voici les 10 meilleurs films de la décennie, selon moi.

Par ordre décroissant

10. La Chasse de Thomas Vinterberg (2012)

Mads Mikkelsen dans La Chasse de Thomas Vinterberg

Le film qui a lancé mon amour infini pour Mads Mikkelsen, se devait de figurer dans ce top. L’histoire de La Chasse est celle d’un homme accusé d’attouchements sur la fille de son meilleur ami et qui va se retrouver dans une tornade de violence et de haine sans aucune preuve tangible contre lui. Un film profondément douloureux à regarder mais qui est une vraie pépite. Mads Mikkelsen est incroyable et remporte le prix d’interprétation masculine lors du Festival de Cannes 2012. Thomas Vinterberg (auteur du génial Festen en 1998) parvient à mettre en scène cette solitude et cette violence avec un talent monstrueux.

La Chasse, c’est un des meilleurs thriller des dix dernières années.












9. Snowpiercer de Bong Joon-ho (2013)

Premier long-métrage en anglais du réalisateur incroyable qu’est déjà Bong Joon-ho à l’époque. Snowpiercer, adaptation de la bande dessinée française Le Transperceneige, est son premier film avec un budget aussi grand et une production américaine. Et le résultat est stupéfiant. Avec un casting incroyable (Tilda Swinton, Chris Evans, Ed Harris etc), le film nous transporte dans un voyage futuriste d’une esthétique folle. Lutte des classes toujours au centre de son propos, train futuriste, révolution, violence inouïe : Snowpiercer est une sacrée claque visuelle. C’est, pour moi, l’un des plus aboutis techniquement parlant de la carrière de Bong Joon-ho et c’est surtout le film qui l’a aidé à obtenir une reconnaissance internationale plus importante avant celle que le Festival de Cannes lui a offert avec sa palme d’or 2019 pour Parasite.






8. Le Garçon et la Bête de Mamoru Hosoda (2015)

L’animation aussi a eu de grandes avancées durant cette dernière décennie. Et j’ai remarqué que ma liste (qui compte au total une trentaine de films) en contenait beaucoup. Mais j’ai décidé de mettre dans ce top le film que j’ai trouvé le plus abouti et le plus marquant. Le Garçon et la Bête est un film d’animation japonaise absolument formidable. La question de la transmission est centrale mais Hosoda nuance cette vision japonaise en faisant du garçon un guide également pour son maitre. Entre royaume des bêtes (des dieux) et monde réel, culture japonaise mais aussi occidentale, subtilité, technique dingue et humour : ce film est une merveille. Un discours accessible autant aux adultes qu’aux enfants, Le Garçon et la Bête est réellement l’un des meilleurs films d’animation de la décennie.






7. Into The Abyss de Werner Herzog (2011)

Il n’y a pas eu de doutes concernant ce film. Il fait parti de ce top depuis bien longtemps et je n’ai jamais trouvé un documentaire aussi puissant. Werner Herzog est un réalisateur, acteur et metteur en scène allemand incroyable et très particulier ( Aguirre, Fitzcarraldo, Bad Lieutenant etc) que vous avez du apercevoir dans The Mandalorian récemment, oui oui.

Into The Abyss est un documentaire extrêmement puissant. Herzog rencontre Michael Perry , huit jours avant son exécution. Le jeune homme est condamné à mort après un triple homicide commis en 2001. Le réalisateur va alors discuter avec cet homme tout en nous proposant d’autres rencontres comme celle avec la famille des victimes, un prêtre, des témoins. Au delà du caractère incroyable de ces rencontres, Herzog propose une véritable enquête sur l’Amérique, la peine de mort et l’âme humaine. C’est un film éprouvant, profondément intelligent et sans aucun parti pris. Glaçant et brillant, c’est le meilleur documentaire que j’ai pu voir durant ces dix dernières années.







6. Whiplash de Damien Chazelle (2014)

Damien Chazelle est présent dans de nombreux tops que j’ai pu voir, avec La La Land sorti en 2016. Un film très beau et très bien réalisé mais qui, à mon sens, est bien en dessous de celui dont je vous parle aujourd’hui. Whiplash est un film comme on en voit rarement. Douloureux, puissant, exténuant et d’une beauté folle : le meilleur film de Chazelle et l’un des meilleurs de la décennie c’est bien celui là. Certes un peu académique, il est techniquement impeccable et porté par un duo très puissant. Le rôle de J.K Simmons est un personnage terrifiant, touchant et à la fois très orgueilleux. L’équilibre du film est spectaculaire et surtout, la rigueur de Chazelle est plus présente que jamais avec une séquence finale magnifique.











5. Alabama Monroe de Felix Von Groeningen (2012)

Ceux qui me suivent ou me connaissent déjà ne seront pas surpris de voir ce film dans ce top. J’ai même du lui enlever quelques places au vu des œuvres suivantes mais vous savez à quel point Alabama Monroe est l’un des films les plus importants de la décennie, pour moi. Mon amour pour ce film est raconté de manière plus complète juste ici. Ce film raconte l’amour, la douleur et la musique avec une telle pureté, une telle vérité que j’en ai des frissons. Il n’y a rien d’autre à dire de plus.











4. Shame de Steve McQueen (2011)

Au pied du podium, on retrouve un film que j’ai longtemps boudé avant de le découvrir il y a peu de temps. Et quelle surprise ! Shame est un chef d’oeuvre. Un constat glacial du monde et de ses déviances. Un diamant brut porté par un Michael Fassbender terrifiant accompagné de la douceur de Carey Mulligan. Il s’agit d’un des films les plus précis, presque clinique, sur le monde moderne. Une oeuvre complète, éprouvante et dotée d’une mise en scène impressionnante. Mc Queen signe en 2011 son meilleur film.

ma critique du film juste











3. Mad Max : Fury Road de George Miller (2015)

Évidemment, c’est ici que les tops se rejoignent. 6 Oscars, un casting fou (Tom Hardy, Charlize Theron) et une retombée internationale : l’un des meilleurs, si ce n’est le meilleur pour certains, film de la decennie c’est cette bombe réalisée par Miller. Mad Max : Fury Road est clairement un melting pot de la perfection cinématographique. La technique, la mise en scène, l’univers, le casting : tout est impressionnant. C’est l’un des films ayant eu un impact sur le cinéma et dont le monde entier se souviendra. Présent dans 90% des tops, il le prouve bien. C’est un film monstrueux, colossal et épique qui montre l’étendue des possibilités à l’écran en mélangeant les genres avec une prodigieuse créativité.










2. Detective Dee de Tsui Hark (2010/2013/2018)

Ok, je triche un peu. Il s’agit ici d’une trilogie dont chaque volet est sorti durant la decennie alors autant les regrouper ! Et sur cette deuxième place, comme une évidence, c’est la trilogie du magicien fou Tsui Hark. Detective Dee, c’est une trilogie qui donne au cinéma toute sa grandeur. Je n’ai jamais rien vu d’aussi dingue. Tsui Hark est un fou. C’est un fou de l’image, du fantastique, de l’esthétique, de la mise en scène et des univers totalement improbable. Il a créé des œuvres auxquelles on peut ne pas adhérer, mais personne ne peut nier leur incroyable beauté. Le troisième volet, La légende des rois célestes, sorti en 2018 est certainement l’un des films les plus époustouflants que j’ai jamais vu. Tsui Hark repousse les limites du cinéma et propose un véritable spectacle. Si il y a bien une œuvre qui a bouleversé ma vision du cinéma ces dix dernières années c’est celle là.










1. Burning de Lee Chang-dong (2018)

Le meilleur film de ces dix dernières années, selon moi, est : BURNING de Lee Chang-dong. Je ne saurais même pas par quoi commencer pour vous parler de cette merveille. C’est un film qui m’a laissé sans voix. J’ai rarement vu une œuvre aussi complète, aussi intelligente et aussi belle à la fois. Elle nous vous laisse aucun répit, aucune porte de sortie. Vous êtes plongé dans cette histoire absolument exceptionnelle dont vous ne comprendrez pas tout la première fois. Ce thriller sud-coréen est le film qui m’a le plus marqué. Encore aujourd’hui j’y repense souvent et en le revoyant il y a peu, je me suis vraiment rendu compte de sa complexité, de sa beauté et de son intelligence. Ce n’est pas juste un film, c’est une épopée romantique, politique et paradoxale. La portée de ce film est infinie. C’est d’une intelligence impressionnante et, c’est ce qui fait d’un film, un chef d’œuvre.

C’est terminé pour aujourd’hui ! J’espère que ce top vous aura plu. Je vous encourage a tenter l’exercice, car à l’aube d’une nouvelle décennie, c’est très intéressant de voir quel cinéma vous a le plus marqué et quelles sont les œuvres que vous retiendrez. N’hésitez pas à me partager vos listes en commentaires ou sur les réseaux sociaux !

CALENDRIER DE L’AVENT #13 – LES 12 FILMS QUI ONT MARQUÉ MON ANNÉE

Aujourd’hui, je me suis dit qu’il était temps de se demander quels ont été les films qui ont marqué mon année 2019. La liste est longue alors j’ai décidé de faire des choix, et de vous partager les 12 films que j’ai le plus aimé ! Et croyez moi, il y a eu de belles surprises ! C’est parti !

VICE de Adam McKay

Sorti début Février, ce film a été l’une des premières claques de l’année. VICE raconte comment Dick Cheney, un looser alcoolique, a fini par être le vice-président de Georges W. Bush en ayant un pouvoir incroyable alors que son poste ne le permettait pas. Sa position et le pouvoir qu’il s’est attribué dans l’ombre a contribué à changer l’Histoire et notre monde. Adam McKay a réussi un exploit en rendant ce film dynamique, intelligent, drôle, angoissant et profondément engagé. La prestation de Christian Bale est également l’une des plus impressionnantes que j’ai pu voir cette année.

Pour lire ma critique du film c’est par ici.

Matthias et Maxime de Xavier Dolan

Je crois que j’ai découvert Xavier Dolan cette année. Littéralement, avec ce film, je pense qu’on a tous enfin découvert Dolan dans son essence. Un film humble, beau, fort, profond avec un montage et une réalisation magnifique : Matthias et Maxime est pour moi son film le plus personnel et le plus universel à la fois. Une œuvre simple, sans fioritures, qui nous montre l’étendue de son talent et surtout son évolution. La douceur de Cannes c’était celle là.

Ma critique du film, à lire juste ici.

The Lighthouse de Robert Eggers

Se retrouver bouleverser par un film, c’est ça la magie du cinéma. Et face à la dernière folie de Robert Eggers, personne ne peut sortir indifférent. The Lighthouse c’est une pépite, un ovni dans le paysage cinématographique, une sorte de pastille expérimentale et totalement folle. On y découvre Robert Pattinson et Willem Dafoe dans le rôle de deux gardiens de phare, bloqués sur une ile. Ils vivent puis survivent, ils espèrent puis se désolent, ils deviennent fous et s’oublient. C’est un chef d’oeuvre total. Diffusé en 4/3 et en noir et blanc, avec ce genre fantastique assumé et poussé à l’extrême : Robert Eggers propose une véritable expérience, douloureuse et obsédante. Le film sort en salles la semaine prochaine, le 18/12, et je vous prépare un article pour vous donner plus de détails. Ce qui est sur, c’est que ce film ne vous laissera pas de marbre, et qu’il aura marqué mon année très fortement.

Ma critique en ligne

Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma

Ce film est l’un des plus touchants de cette année. Une merveille d’écriture et de réalisation pour le dernier film de Céline Sciamma. Porté par un duo intrigant, Adèle Haenel et Noemie Merlant, le film dépeint une histoire d’amour, de regards, de corps avec une poésie incroyable. Cette caméra si douce envers les corps, ces séquences pleines d’érotisme et de regards, ces thèmes abordés de manière si banale : Sciamma signe une œuvre dont j’avais besoin, dont le cinéma avait besoin. Et je m’en souviendrai longtemps.

Pour lire ma chronique sur le film c’est par ici.

La vie invisible de Euridice Gusmao de Karim Ainouz

Ma palme d’or, elle est là, toute belle, toute dorée ! Ce film, vu à Cannes, a remporté le prix Un Certain Regard mais j’aurais adoré le voir en compétition ! Une merveille brésilienne, réalisée par Karim Ainouz. C’est un film qui comporte tout ce que j’aime au cinéma : un récit en doublons avec une histoire familiale mais aussi historique, tableau d’un pays et d’une communauté, personnages forts, une esthétique propre à son réalisateur et une mise en scène puissante. La vie invisible de Euridice Gusmao est ce genre de merveille qu’on découvre sans s’y attendre. En salles depuis le 11/12, je vous conseille fortement d’aller le voir.

Mon avis plus détaillé à lire juste ici.

J’ai perdu mon corps de Jéremy Caplin

Fantastique et animation, vous pensiez que ça n’allait pas forcément ensemble? Jérémy Caplin nous a prouvé le contraire cette année avec ce petit bijou. J’ai perdu mon corps est un film différent, poétique, incroyablement réalisé et très fort visuellement. Présenté en première mondiale au Festival de Cannes 2019, il y remporte le Grand prix de la Semaine de la critique. Il reçoit ensuite le Cristal du long métrage au Festival du film d’animation d’Annecy. Et ce succès est mérité, car le film est vraiment impressionnant. Les séquences fantastiques avec le parcours de la main dans les rues, sont magnifiques et très prenantes. La poésie qui se dégage du film en fait une œuvre complète qui ouvre de belles portes à son réalisateur.

Parasite de Bong Joon-ho

La Palme d’or du Festival de Cannes 2019 est certainement le film dont on a le plus parlé cette année. Pourtant pas si convaincue que ça, j’ai quand même dû me résoudre à le mettre dans cette liste. Pourquoi? Parce que le film est véritablement marquant malgré tout et surtout, que Bong Joon-Ho est l’un des réalisateurs les plus méritants de ces dernières années. Parasite n’est pas son film le plus incroyable, mais c’est celui qui a marqué un tournant dans la reconnaissance internationale qu’il aura désormais et qu’il a toujours mérité.

Mon avis plus en détails sur le film, à lire juste ici.

La femme de mon frère de Monia Chokri

Un peu de québecois, et votre année ciné est transformée ! Ce fut le cas grâce à ce film improbable mais tellement réussi. Monia Chokri passe derrière la caméra pour La femme de mon frère et nous offre un petit bonbon d’humour et de réflexion. J’ai rarement été aussi touchée par l’univers de quelqu’un en quelques minutes. Musique, montage et dialogues : tout est maitrisé et incroyablement réussi.

Mon retour sur le film, à lire ici.

Marriage Story de Noah Baumbach

Terminer l’année sur un divorce, on a connu mieux comme ambiance. Certes, mais le divorce dépeint par Noah Baumbach et porté par Adam Driver et Scarlett Johansson c’est autre chose. Le film, présenté en avant-première à la Mostra de Venise puis sorti exclusivement sur la plateforme Netflix, est la dernière claque cinématographique que j’attendais. La douceur et la sincérité de Baumbach enveloppe ce film incroyable. Le divorce de Charlie et Nicole, metteur en scène et comédienne, se traduit par beaucoup de rancoeur, de nons-dits et d’amour aussi. On assiste à un drame, celui d’une relation qui ne fonctionne plus et d’une bataille pour le bien être d’un enfant. Le duo Driver/Johansson est la meilleure chose de cette année tant ils se complètent et occupent tous les deux l’espace avec grandeur. Certaines séquences sont tout simplement sublimes et Noah Baumbach ne tombe jamais dans le mélo-drame. Marriage Story, c’est une oeuvre entière et profondément belle.

Toy Story 4 de Josh Cooley

Pour ce qui est du cinéma d’animation, il y a eu de sacrées pépites cette année. On sent que les techniques évoluent et que les studios prennent des risques. Mais je me suis souvenue qu’un film m’avait particulièrement surprise et il s’agit du 4e volet de Toy Story. Vu par hasard, sans grande conviction, j’ai été incroyablement étonnée de la qualité de ce film. Pourtant, le principe est le même que les trois précédents et l’animation ne semblait pas être devenue révolutionnaire. Malgré tout, ce dernier volet a su se distinguer par une écriture vraiment impressionnante et une qualité d’animation au dessus de tout. J’ai éclaté de rire a de nombreuses reprises et me suis surprise a admirer l’image avec intêret. Autre point important : le doublage français est extrêmement bien réussi, et c’est loin d’être évident en règle générale. Il est si rare de voir une franchise réussir à surprendre après autant d’années, et sur ce film, je dis chapeau !

Les Enfants de la mer de Ayumu Watanabe

Une expérience visuelle et sensorielle explosive, c’est rare au cinéma. Pourtant Ayumu Watanabe a réussi cet exploit avec son premier film, Les enfants de la mer. Loin des classiques de l’animation japonaise, ce film est une épopée fantastique et poétique dont on ne sort pas indemne. Expérimental, sensoriel, explosif et aquatique : l’univers du film est merveilleux et pourtant, parfois très sombre. Cette œuvre n’est pas de tout repos mais, bon dieu, ça fait du bien de voir ce type de proposition en salles !

Ma critique complète du film est à lire juste ici.

Green Book de Peter Farrelly

Ce film, je ne pensais pas forcément y repenser à la fin de l’année. Mais force est de constater qu’il fait partie de ceux que je n’arrive pas à oublier. Loin d’être le chef d’œuvre de l’année, c’est malgré tout un film que j’ai trouvé extrêmement bien fait avec un casting qui m’a marqué. Viggo Mortensen et Mahershala Ali forment un duo vraiment improbable, mais qui fonctionne et qui nous touche. Une pointe d’humour, un contexte historique, des personnages bien écrits et une photographie impeccable : Green Book reste une œuvre importante de l’année.

Mon avis plus complet à lire juste ici.

Et vous? Vous avez commencé à faire la rétrospective de votre année cinéma ? Dites moi tout !

AGENDA DES SORTIES 2019 : les films les + attendus de cette fin d’année

L’été est terminé et la rentrée a pointé le bout de son nez. Et avec elle, la période la plus courte de l’année. Eh oui, les quatre derniers mois sont vécus par tous comme les plus rapides à passer. Bam, dans quatre mois vous retrouverez les cadeaux sous le sapin et les résolutions pour le mois de Janvier. Pour surmonter tout cela, les distributeurs ont bien compris qu’il nous fallait une bonne dose de sorties ciné qui valent le détour, et cette année on est gâtés ! Petit tour d’horizon des films que j’attends le plus pour terminer l’année 2019 en beauté.

SEPTEMBRE

Le mois de Septembre sera marqué par la sortie du tant attendu AD ASTRA de James Gray. Le prochain film du réalisateur s’offre Brad Pitt en tête d’affiche et même s’il n’a pour l’instant rien ramené des festivals dans lesquels il a été présenté, les éloges des critiques sont quand même déjà bien présentes. Une plongée dans l’espace à la recherche d’un père disparu et une esthétique qui s’annonce assez folle, sur nos écrans le 18 septembre. Le même jour, on pourra également retrouver LE CHARDONNERET de John Crowley. Ansel Elgort (Baby Driver) et Nicole Kidman au milieu d’un drame qui semble assez académique mais tout aussi beau et efficace.

La semaine suivante, il y a trois films totalement différents que j’attends avec impatience. On commence avec le film brésilien BACURAU de Kleber Mendonça Filho qui a reçu le prix du jury au Festival de Cannes. Un mélange entre fantastique, thriller, western totalement improbable qui donne vraiment envie de découvrir le talent du réalisateur. On continue avec l’adaptation sur grand écran de la série anglaise DOWNTON ABBEY. Michael Engler réuni un casting aux petits oignons (Maggie Smith, Michelle Dockery, Jim Carter etc) pour faire revivre la famille Crowley pendant 2h sur grand écran. Il n’y a pas grand intérêt à cette adaptation, mais elle rappelle de bons souvenirs pour ceux qui se sont plongés dans la série pendant sa diffusion. Enfin, on se penche côté cinéma français avec une adaptation, cette fois, d’une célèbre pièce de théâtre : LE DINDON de Georges Feydeau. L’une de mes pièces favorites que je ne m’attendais pas à voir débarquer sur grand écran. Le casting ne m’enchante pas forcément, à part le grand Guillaume Gallienne, mais je suis très curieuse de voir ce que Jalil Lespert à réussi à faire. Le comique de situations par excellence, Feydeau n’est pas le plus simple à adapter. A voir donc !

OCTOBRE

Pour ce mois ci, je pourrais clairement vous parler d’un seul film, que nous attendons tous avec une impatience à peine dissimulée. Soyons clairs : le mois d’Octobre sera aux couleurs du JOKER de Todd Phillips avec le grand Joaquin Phoenix dans le rôle principal. Un film qui fait grand bruit depuis de nombreux mois déjà et qui est reparti avec le Lion d’or à la Mostra de Venise 2019. La hype est au maximum et nous pourrons découvrir cette pépite dès le 9 octobre en salles !

Bon, on ne peut décemment pas mettre tout nos espoirs du mois d’Octobre sur un seul film, donc on va quand même parler des autres sorties intéressantes, à commencer par LA FAMEUSE INVASION DES OURS EN SICILE de Lorenzo Mattotti avec les voix de Leila Bekhti, Thomas Bidegain, Jean Claude Carrière etc. Présenté à Cannes aussi, c’est un film d’animation qui a l’air absolument sublime et qui donne envie de passer un dimanche d’automne dans une salle de cinéma avec un bon gros paquet de popcorn bien chaud. Dans un tout autre registre, je ne pouvais pas ignorer la sortie du prochain Xavier Dolan : MATTHIAS ET MAXIME , présenté en compétition officielle à Cannes, sortira le 16 Octobre. Et pour l’avoir déjà vu, mon avis est juste ici, je vous le conseille fortement. C’est du Dolan, mais du Dolan qui a grandi et qui a évolué. Avec un casting vraiment surprenant et talentueux, le film vaut le détour et offre une belle dose d’émotions.

NOVEMBRE

Pour le mois de Novembre, on retrouve un film d’animation extrêmement intriguant et intéressant : J’AI PERDU MON CORPS de Jeremy Caplin sortira en salles le 6 Novembre. Film cannois également, c’est un film fantastique qui a l’air vraiment très beau et très intéressant. Il sera projeté aussi pendant le FEFFS (Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg) donc je vais tenter de le voir en avant-première pour vous en reparler très vite ! Restons coté cannois, avec le film de Ladj Ly. LES MISÉRABLES sortira le 20 novembre, et je vous le conseille fortement également. Pour ceux qui le savent déjà, le film est issu du court métrage du même nom que Ladj Ly avait réalisé il y a quelques années. Pour avoir vu les deux, je peux vous dire qu’ils valent le coup même si je suis moins convaincue par le long métrage. Dans tous les cas, c’est un film à voir et à soutenir ! La semaine d’avant, le 13 novembre, vous pourrez découvrir le nouveau film de Polanski avec Jean Dujardin. J’ACCUSE a eu un accueil mitigé lors de sa présentation à la Mostra mais il est quand même reparti avec le Grand Prix. C’est un film qui m’intrigue beaucoup et j’ai hâte de pouvoir me faire un avis.

Coté petit écran, Netflix s’associe avec Martin Scorsese pour un film au casting absolument incroyable notamment Al Pacino et Robert De Niro : THE IRISHMAN sera disponible sur la plateforme le 27 Novembre. La même semaine, vous pourrez voir en salles, A COUTEAUX TIRES de Rian Johnson qui lui aussi s’offre un casting monumental avec Chris Evans, Daniel Craig, Jamie Lee Curtis, Lakeith Stanfield etc. Le film semble être un mix entre un cluedo géant et les 10 petits nègres.

DÉCEMBRE

Pour ce dernier mois de l’année 2019, les sorties sont assez pauvres (à moins d’avoir de nouvelles annonces d’ici là) mais restent cependant très très intéressantes (et non, ne comptez pas sur moi pour parler de Star Wars IX).

Deux films cannois pour finir l’année et pas n’importe lesquels ! Commençons par ma palme personnelle : LA VIE INVISIBLE D’EURIDICE GUSMAO de Karim Ainouz. Le film a reçu le prix Un Certain Regard et j’ai eu la chance de le découvrir à l’issue de la cérémonie de clôture. Je vous prépare un article que je posterais certainement quelques jours avant sa sortie, mais je vous assure qu’il faut aller voir ce film qui sortira le 11 décembre. Une belle claque, dans un registre qui ne plaira pas à tout le monde, mais qui pour moi représente énormément de choses en terme de cinéma. Je vous laisse regarder les bandes annonces et on en reparle très vite. Deuxième claque cannoise que je n’ai pourtant réussi à voir que très récemment grace au FEFFS encore une fois, il s’agit de THE LIGHTHOUSE de Robert Eggers avec Willem Dafoe et Robert Pattinson. Mon article sera en ligne très prochainement, mais je peux d’ores et déjà vous dire que c’est une merveille. Vous pourrez découvrir cette petite pépite dès le 18 décembre en salles.

Et pour finir sur un film parfait pour les retrouvailles familiales de fin d’année : LES FILLES DU DOCTEUR MARCH de Greta Gerwig avec Emma Watson, Florence Pugh , Saoirse Ronan et Eliza Scanlen sortira le jour de Noël, le 25 décembre.

Voilà donc ma sélection des films que j’ai hâte de découvrir dans les prochains mois. Il y a évidemment de nombreuses autres sorties, mais je ne pouvais pas tout mettre. Quels sont les films que vous attendez le plus?