« Spiderman : new generation » : Sony au sommet

Attention, cette après-séance s’annonce dithyrambique ! Le nouveau film proposé par SONY en collaboration avec MARVEL est un véritable petit bijou d’animation et un divertissement de très grande qualité. 

Spiderman : new generation a été réalisé par le trio Peter Ramsey, Bob Persichetti et Rodney Rothman et produit par SONY. C’est un long métrage d’animation qui promet un melting pot des univers du héros SPIDERMAN. Le titre original est d’ailleurs « Into the spider-verse » et annonce d’emblée le passage entre plusieurs univers. Alors, comme ça sur le papier, j’étais pas du tout emballée par cette idée et encore moins par le choix de l’animation. Mais quelle erreur ! 

Le film est une réussite absolue. L’animation est absolument sublime et avec des détails incroyables, le scénario est exploité comme il faut et ne perds personne (moi qui n’y connaissait pas grand chose dans l’histoire global des comics spiderman je n’ai pas été perdue et ai même compris certaines choses grâce au film), la relation entre les différents spiderman est bien exploitée, l’humour est au rendez-vous et surtout bien dosé (ce qui est à noter quand on connait les films MARVEL en capture réelle type The Avengers  ou autres qui ont bien du mal a doser les axes humoristiques de leur scénario) et la BO est divine. 

J’ai quelques doutes sur la compréhension totale du film par les plus petits mais pour le reste c’est un sans fautes. Le film nous emporte dans l’histoire en quelques minutes, on s’attache à Miles dès le départ et on rit avec sincérité aux petites références placées par ci par là. 

Vous l’aurez compris : j’ai adoré ce film et le conseille à tous. Il m’a même donné envie de me renseigner un peu plus sur les différents SPIDERMAN et il me semble d’ailleurs qu’une suite est déjà en préparation… 

Le film sort en salles le 12 DECEMBRE prochain alors allez jeter un œil et venez me dire s’il vous a séduit autant que moi ou pas du tout ! 

Les « Mauvaises Herbes » de Kheiron

 

Kheiron, découvert pour la plupart dans la série « Bref » de Kyan Khojandi en 2011,  est désormais un comédien très apprécié qui tourne dans toute la France avec son oneman show basé sur l’improvisation « 60 minutes avec Kheiron » (spectacle qu’il joue depuis une dizaine d’années!). Cependant, depuis quelques années il a montré son envie de passer derrière la caméra et son premier film « Nous trois ou rien » sorti en 2015 a été extrêmement bien reçu par les critiques et le public. Pour rappel : inspiré par la vie de sa famille en Iran il retrace à travers ce film le périple de ses parents pour fuir le régime iranien et atterrir dans un quartier de Paris où ils ont su réinventer leur vie autrement. Ce film était une réussite : drôle, extrêmement touchant, des acteurs incroyables (Kheiron et Leila Bekhti dans le rôle des parents), un scénario assez bien ficelé etc. Le film m’avait laissé admirative malgré quelques petites erreurs de rythmes. 

Alors, trois ans après, qu’en est-il de son deuxième long-métrage « Mauvaises Herbes »? 

Il faut commencer par reconnaitre que le film a de nombreuses qualités semblables à celles de son prédécesseur : le scénario est solide, les jeunes acteurs sont incroyables, le casting délicieux (voir Catherine Deneuve faire un dab ou tenter de séduire Dussolier c’est quand même sacrément plaisant) et Kheiron montre encore une fois son talent de comédien. D’ailleurs, il faut garder en tête que Kheiron est non seulement comédien et réalisateur mais également scénariste de ses films. Et je pense que c’est ce qui fait les forces et les faiblesses de ses longs métrages. Et « Mauvaises Herbes » est encore un bon exemple de ses failles. 

En effet, à mon sens, l’une des plus grandes faiblesses de Kheiron est la dispersion. Il a du mal à se cadrer entre ses axes comiques, ses axes dramatiques, ses axes un peu « éducatifs » etc. Certaines scènes n’ont pas de réel intérêt pour la narration. Je pense notamment à son axe romantique avec Sarah. Alors oui, il avait certainement envie de filmer sa femme (l’actrice Leila Boumedjane, qui en soit est très douée) mais l’histoire est clairement de l’ordre du détail et c’est loin d’être passionnant. Également, le rythme du film est assez inégal. Certaines scènes sont très longues et en deviennent ennuyeuses alors qu’elles apportent quelque chose d’intéressant à l’intrigue. La scène dans le salon où Wael et Monique regardent La petite maison dans la prairie est bien trouvée, mais elle tire en longueur et le plan de fin avec les deux personnages en larmes amène un ressort comique qui gâche un peu l’idée principale. Ce qui accentue l’idée que Kheiron a également du mal à gérer la légèreté et le dramatique. Parfois, un aspect comique débarque de nulle part et annule toute la tension dramatique ou narrative d’une scène, et c’est vraiment dommage. 

Malgré tout ça, j’ai trouvé que sa maîtrise de ses deux grands axes principaux, à savoir sa relation avec les jeunes ainsi que son passé avec Monique, était plutôt réussie. Et pour moi le gros point positif du film ce sont les éléments de flashbacks qui permettent de comprendre le passé de Wael et Monique (Kheiron et Deneuve). Ces passages sont très beaux visuellement et montre la progression de Kheiron en ce qui concerne la réalisation mais surtout, et c’est loin d’être tout le temps le cas au cinéma, ils sont utiles. On comprends énormément de choses grâce à ces passages et le ressort dramatique est très efficace. De plus, ils sont essentiels pour s’attacher davantage au personnage de Catherine Deneuve qui pourrait avoir un rôle assez anecdotique mais qui devient rapidement un pilier de l’intrigue grâce aux informations données lors des retours dans le passé.  

Dans l’ensemble je conseille donc vivement d’aller voir Mauvaises Herbes. C’est un second film dont le résultat est certes nuancé mais qui, comme Nous trois ou rien ,se démarque du cinéma français que l’on a l’habitude de retrouver en salles et ça fait un bien fou. Le talent de Kheiron est une nouvelle fois prouvé et j’ai hâte de suivre ses prochains projets en espérant d’ailleurs le voir s’aventurer dans des histoires davantage dramatiques car je pense qu’il a un potentiel trop peu exploité dans ce type de narration. Et enfin, je ne peux pas vous laisser sans une petite mention spéciale pour la BO du film qui est absolument géniale et que vous pouvez retrouver juste ici : 

 NB : le film ne sera resté en salles que très peu de temps et n’a pas connu le succès mérité. J’ai trouvé ça désolant, surtout lorsqu’on sait que dans quelques semaines des films comme la suite de Qu’est ce qu’on a fait au bon dieu ou encore le Nicky Larson de Lacheau vont faire des milliers d’entrées. Sachez pour les plus curieux ou ceux qui auraient raté sa sortie en salles, que le film est distribué par NETFLIX dans le monde entier depuis quelques jours et devrait débarquer sur la plateforme française d’ici quelques mois. Alors pour tout les expatriés : foncez sur votre ordinateur pour découvrir le film !